Musée des beaux-arts de Montréal, 1er novembre 2018

Lancement | Culture et éducation non formelle

C’est en excellente compagnie que nous nous sommes réunis pour fêter le lancement du 10e numéro de la collection Culture et Publics, des Presses de l’Université du Québec (PUQ).

Martine Des Rochers, directrice des PUQ a ouvert la soirée, puis a cédé le micro à Mesdames Anik Meunier, directrice du GREM UQAM et Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal pour une discussion sur les liens entre musée et éducation, animée par Julie Rose, assistante de recherche pour le GREM et  étudiante de la maîtrise en muséologie de l’UQAM.

Se procurer Culture et éducation non formelle : PUQ.ca


Quelques photos de la soirée

      
            

Photos : ©Bruno Desjardins, 2018

Qu'est-ce que l'éducation non formelle ? 

Cela prend la forme d’actes volontaires effectués dans la période de loisirs, sans programme imposé et sans contrôle ni évaluation. Elle est un irremplaçable moyen d’enrichissement intellectuel et affectif chez les individus et les groupes sociaux. Elle couvre un secteur extrêmement large et dispose de moyens remar­quables, tels ceux des industries culturelles, ce qui permet au livre, au cinéma, à la télévision, aux musées et bien sûr au réseau Internet de toucher une masse considérable de personnes et d’exercer, parfois implicitement, un effet continu d’acculturation.

 

Montréal, 1er novembre 2018

Presses de l’Université du Québec, 2018

Lancement | Culture et éducation non formelle

Vous êtes invité.e.s au lancement de Culture et éducation non formelle au Musée des beaux-arts de Montréal, le 1er novembre prochain dès 17h30.

RSVP s’il vous plaît !


Qu’est-ce que l’éducation non formelle ?

Cela prend la forme d’actes volontaires effectués dans la période de loisirs, sans programme imposé et sans contrôle ni évaluation. Elle est un irremplaçable moyen d’enrichissement intellectuel et affectif chez les individus et les groupes sociaux. Elle couvre un secteur extrêmement large et dispose de moyens remar­quables, tels ceux des industries culturelles, ce qui permet au livre, au cinéma, à la télévision, aux musées et bien sûr au réseau Internet de toucher une masse considérable de personnes et d’exercer, parfois implicitement, un effet continu d’acculturation.

Ce nouvel ouvrage fait partie de la collection Culture & Publics, dirigée par Anik Meunier et Jason Luckerhoff. Se le procurer : PUQ.ca

 

Trois-Rivières, 11 octobre 2018

©François Gervais, 2018 – pour Le Nouvelliste

“Des conséquences directes sur les visiteurs” – Le Nouvelliste

Dans le cadre de la publication de Culture et éducation non formelle, Anik Meunier, Jason Luckerhoff et Daniel Jacobi, directeur de la publication, signent une lettre d’opinion dans Le Nouvelliste, journal basé à Trois-Rivières.

Ensemble, ils soulignent l’impact de la non-indexation des subventions dans le milieu culturel, qui nuit aux institutions muséales. En effet, les institutions québécoises se trouvent dans un paradoxe pour équilibrer difficilement rentabilité et ouverture au public, entre autres.

“Si l’État n’offre pas au minimum l’indexation des subventions dans le domaine de la culture, c’est la mission première des institutions qui se trouve attaquée: ce sont les visiteurs eux-mêmes qui sont perdants.”

 Consulter l'article complet