Montréal, 7 décembre 2018

Recherche | Repenser l’école au Musée des beaux-arts de Montréal

Les 14, 15 et 16 septembre dernier a eu lieu l’évènement Repenser l’école qui est une fin de semaine de création et de réflexion en éducation, au Musée des beaux-arts de Montréal. Le thème cette année est « Repenser une journée à l’école ».

Ainsi, en préparation pour cette fin de semaine, le MBAM a approché le GREM afin de dresser un portrait de différentes écoles à travers le monde. Cette recherche a eu pour objectif de présenter un rapport utilisable par les participant.e.s.

Consulter le rapport « Des écoles, une journée à la fois ! »

Le rapport élaboré vise à présenter et décrire, par la mise en place de fiches d’analyse et d’exemples types d’horaires scolaires, différentes  propositions philosophiques et pédagogiques de différentes écoles, tant au Québec qu’à l’étranger (hors Québec). L’intention est de contraster ces propositions afin d’identifier des approches inspirantes et prometteuses de milieux de vie stimulants permettant l’épanouissement des élèves et des personnels œuvrant au sein de ces écoles.

Problématique/Idées
    • Partir de la réalité vécue par les enfants dans les écoles québécoises et hors Québec ;
    • Dégager le portrait d’une journée typique d’un enfant à l’école ;
    • Chercher à savoir quelles sont les clés du succès en lien avec le calendrier scolaire.
    • Identifier les indicateurs/prédicateurs de la réussite scolaire ;
    • Réfléchir et identifier les critères d’écoles innovantes ;
    • Produire des données brutes, à l’aide d’une démarche empirique de collecte de différents cas d’écoles ;
    • Établir un état des lieux : portrait actuel de l’école ;
    • Identifier différents types d’écoles : alternatives/régulier/autres ;
    • Prendre en compte la diversité de la situation scolaire.

Le projet a été dirigé par Anik Meunier côté GREM et Thomas Bastien, Directeur de l’Éducation et du Mieux-Être, côté MBAM. Catherine Quintal, étudiante de la maîtrise en histoire de l’art de l’UQAM et Julie Rose, étudiante de la maîtrise en muséologie de l’UQAM ont participé en tant qu’assistantes de recherche.

Qu'est-ce que Repenser l'école ? 
« C'est une initiative qui prend la forme d'un sprint de développement de nouvelles solutions, entre autres technologiques, qui répondront aux défis que présentent les secteurs de l'éducation primaire et secondaire. En 48h, les équipes mettent sur pied et présentent devant le public des projets innovants qui aident leur communauté de manière concrète. »
                                                  - repenserlecole.quebec

Projets de recherche

Titres des projets menés par le GREM

  • Des ressources muséales et technologiques pour soutenir l’apprentissage de l’univers  social au primaire (2007-2008). Programme d’aide financière à la recherche et à la création – volet 1 – Nouvelles chercheures et nouveaux chercheurs (PAFARC), UQAM-CRSH.
  • Laure Gaudreault et les débuts du syndicalisme enseignant (2007-2008)
    Programme d’aide financière à la recherche et à la création, Recherche dans le cadre des services aux collectivités, UQAM. Programme de soutien aux projets de recherche, Association des retraitées et retraités de l’enseignement du Québec (AREQ).
  • Projet d’intégration des problématiques autochtones au sein des musées (2007-2008). Programme de soutien à la formation et la recherche dans les établissements du patrimoine (JCT), Association des musées canadiens (AMC).
  • Les représentations sociales des enseignants sur les musées (2010-2013)
    Programme d’établissement de nouveaux professeurs-chercheurs, Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FRQSC).
  • La médiation et la notion de public(s) dans les institutions culturelles.
    Programme Soutien aux équipes de recherche, volet équipe en émergence, Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FRQSC).

Titres des projets où le GREM s’est engagé comme partenaire

  • Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (2005-2008).
    Programme « Impact du savoir sur la société », Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH). Chercheure principale : Joanne BURGESS, UQAM.
  • Recherche en éducation muséale (2005-2009).
    Programme de soutien aux équipes de recherche, Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FRQSC). Chercheure principale : Louise JULIEN.
  • Élaboration, expérimentation et évaluation d’un modèle générique (théorique et
    organisationnel) d’éducation muséale à l’intention des adolescents.
    Programme de soutien aux équipes de recherche, Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH). Chercheur principal : Michel ALLARD.
  • Les habiletés citoyennes des jeunes et l’enseignement de l’histoire à l’école (2005-2009). Programme de soutien aux équipes de recherche, Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FRQSC). Chercheur principal : Jean-François CARDIN, U Laval.
  • Développement et validation de l’offre et des programmes en éducation muséale de Pointe-à-Callière (2007-2009). Programme Culture canadienne en ligne, Fonds des partenaires, ministère du Patrimoine canadien.
  • Effet de l’enseignement explicite des concepts et des compétences disciplinaires
    d’histoire sur la pratique réflexive politique des élèves à l’école.
    Programme de subvention ordinaire de recherche, Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH). Chercheur principal : Marc-André ÉTHIER, UdeM.
  • Quels enseignements et apprentissages de la géographie, de l’histoire et de l’éducation à la citoyenneté (GHEC) au primaire dix ans après l’implantation du Programme de formation de l’école québécoise? (2011-2012). Programme du Fonds de développement académique du réseau (FODAR). Chercheure principale : Marie-Claude LAROUCHE, UQTR.
  • Fondements, pratiques, enjeux et défis d’une éducation relative à l’environnement axée sur le développement d’une écocitoyenneté compétente et engagée (2012-1016). Programme de soutien aux équipes de recherche, volet équipe en fonctionnement, Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FRQSC). Chercheure principale : Lucie SAUVÉ, UQAM.
  • Les habiletés citoyennes des jeunes et l’enseignement de l’histoire à l’école
    Programme de soutien aux équipes de recherche, volet équipe en fonctionnement du FRQSC. Chercheur principal : Stéphane CARDIN, U Laval.
  • L’enfant, l’élève et la constitution du sujet apprenant (ENFELAP)
    Participation à une demande de subvention en collaboration avec le Laboratoire Théodile-CIREL EA 4354, Université Charles de Gaulle-Lille3. Chercheure principale Cora COHEN-AZIRA, Université Charles de Gaulle-Lille 3.
  • Villes : espaces, cultures et sociétés (2011-2015)
    Programme de soutien aux équipes de recherche, volet équipe en fonctionnement, Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FRQSC). Chercheure principale : Joanne BURGESS, UQAM.
  • Éduquer les jeunes à la citoyenneté à l’aide de l’enseignement de l’histoire : du pourquoi au comment. Programme Subvention Savoir, Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH).  Chercheur principal : Stéphane CARDIN, U Laval.
  • Étude des pratiques culturelles de l’école montréalaise pour tous (UEMPT) et destinées aux élèves en milieu défavorisé (2013-2015). Programme de soutien à la recherche du Ministère de l’éducation du loisir et du sport (MELS). Chercheure principale : Myriam LEMONCHOIS, UdeM.

Financement

Depuis 1981, le GREM oeuvre à des recherches qui ont été constamment supportées par l’Université du Québec à Montréal, en particulier par le Département des sciences de l’éducation. De plus, certaines recherches sont subventionnées par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), d’autres par le Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR) ainsi que par le ministère du Patrimoine canadien.

Axes de recherche

Le programme du GREM

La programmation du GREM s’articule autour d’un modèle théorique* développé, raffiné et validé depuis plus de 25 ans selon les contextes et les situations d’apprentissage préconisées. Ce modèle conçoit l’éducation muséale comme un ensemble de relations (transposition, support et appropriation) tissées de manière bidirectionnelle dans un musée entre trois éléments (l’exposition (l’objet), l’intervenant (l’agent) et l’élève visiteur (le sujet)). Les travaux de recherche en cours se développent autour de cinq axes

Les fondements théoriques du GREM

La muséologie en général et l’éducation muséale en particulier ne constituent pas, dans l’état actuel de leur développement, une discipline mais plutôt un champ de connaissance multidisciplinaire. En effet, on s’accorde pour qualifier les institutions muséales selon la typologie suivante : celles qui ont trait aux arts, celles qui se rapportent aux sciences humaines, celles qui ont pour objet les sciences.

L’éducation muséale en plus de tenir compte de cette typologie a aussi recours à la didactique générale, à la docimologie, aux sciences de la communication et de l’information, etc. L’éducation muséale doit aussi en prenant en charge différents types de publics (enfants, adolescents, adultes, aînés, regroupés ou non selon en différentes catégories) recourir à des notions de psychologie individuelle ou collective. Bref, par son essence même, l’éducation muséale est multidisciplinaire. On comprend alors qu’il importe de regrouper des chercheurs de formation et d’expériences différentes pour tenir compte de tous les éléments et de toutes les relations qui s’exercent en éducation muséale. Il ne s’agit pas seulement d’additionner des compétences plus ou moins disparates mais de les intégrer dans un tout ce qui a pour effet de multiplier les compétences et de conduire à des résultats de recherche inédits et ouverts à des problématiques non usuelles qui sortent des sentiers battus et proposent un renouvellement d’approches uniquement disciplinaires.

L’éducation muséale participe à un mouvement mondial de développement du rôle que les institutions culturelles autres que l’école peuvent et doivent jouer dans une éducation que l’on qualifie d’informelle ou de non formelle ou encore d’éducation formelle dispensée par des institutions dont la vocation première n’est pas l’éducation mais qui se définissent comme des institutions informelles d’éducation (cf. Porcher, L’école parallèle, 1970). À une époque, où l’école connaît des ratés (le décrochage en est une manifestation significative), où les sources de savoir se diversifient et s’internationalisent grâce par exemple à des mises en réseau par Internet, il devient de plus en plus évident que la transmission du savoir et la formation des étudiants ne se limitent plus à des institutions scolaires ou académiques.

Principaux axes de recherche

Axe 1 – Élaboration de modèles génériques (théoriques et opérationnels) propres à l’éducation muséale

Axe  2  –  Mise en œuvre de projets de partenariat entre l’école et le musée / Liens entre des institutions d’éducation formelle et non formelle

Axe 3  –  Évaluation et actualisation du potentiel éducatif des expositions (contenus et dispositifs)

Axe 4 – Élaboration et validation de stratégies d’utilisation par les musées à des fins éducatives des technologies de l’information et de la communication

Axe 5 – Conception et réalisation d’expositions fondées sur de paramètres d’éducation muséale

 

Modèles du GREM

Modèles développés par le GREM

1) Modèle de la situation pédagogique survenant lors de la visite scolaire au musée

S’inspirant du Modèle systématique de la situation pédagogique développé par Legendre (1983), le GREM a dégagé le modèle de la situation pédagogique survenant lors de la visite scolaire au musée. Ce modèle décrit les diverses composantes et relations, adaptées au contexte éducatif particulier de la visite d’une classe dans un musée. Le modèle se présente sous la forme d’un triangle relationnel établi entre trois éléments – l’objet, le sujet et l’agent – placés dans leur contexte éducatif respectif (ici, l’école et le musée). Lors de la visite scolaire, les contextes de l’école et du musée convergent autour du sujet (l’élève-visiteur).

Figure 1. Modèle systématique de la situation pédagogique survenant lors de la visite scolaire au musée (adapté de Allard, Larouche, et al., 1998).)

Figure 1

2) Modèle didactique de la visite scolaire au musée

Le GREM a développé un modèle didactique visant à améliorer la qualité de la visite scolaire au musée en inscrivant la visite dans une démarche pédagogique et favorisant les apprentissages chez les élèves. Ce modèle s’appuie sur les théories de la didactique des sciences humaines et prévoit une stratégie pédagogique de type inductive qui se décline en trois temps : la prévisite, la visite, la postvisite.

Ce modèle permet d’élaborer des programmes et des activités respectant les finalités de l’école et du musée. Il s’articule autour d’une approche de l’objet (interrogation, observation, appropriation) axée sur une démarche de recherche (questionnement, cueillette de données, analyse et synthèse) correspondant à trois étapes (préparation, réalisation, prolongement), à trois moments (avant, pendant et après la visite au musée) et à deux espaces (l’école et le musée). Ce modèle offre l’avantage de réunir, dans une démarche pédagogique, le musée et l’école. Depuis l’élaboration de ce modèle, des recherches empiriques ont démontré son effet positif sur l’apprentissage de concepts et d’habiletés, ainsi que sur l’attitude des élèves.

Tableau 1. Modèle d’utilisation des musées à des fins didactiques (adapté de Boucher, 1991)

Screen Shot 2014-12-20 at 19.58.23